Guide pour bien calculer sa part du troisième pilier.

La prévoyance en Suisse se décline en plusieurs piliers. Au cœur des systèmes de protection financière, le troisième pilier s’avère être un choix judicieux pour tous ceux qui souhaitent sécuriser leur avenir. En ces temps incertains, il est vital de penser à demain et de comprendre comment bien calculer ses droits pour ce pilier essentiel de prévoyance. Ce guide détaillé vous accompagnera, pas à pas, vers une compréhension approfondie des mécanismes de ce dispositif et vous aidera à anticiper sereinement votre retraite.

Le troisième pilier : un élément central de la prévoyance suisse

En Suisse, parler de prévoyance, c’est évoquer un édifice à plusieurs étages. Parmi eux, le troisième pilier se distingue comme étant l’élément le plus flexible et le plus personnalisable de la prévoyance individuelle. Il s’agit d’une forme d’épargne volontaire qui complète les prestations fournies par l’AVS (Assurance Vieillesse et Survivants) et la LPP (Loi sur la Prévoyance Professionnelle), respectivement premier et deuxième pilier.

Sujet a lire : Grossiste de Eliquide : guide pour faire le bon choix

Pour bénéficier pleinement des avantages du troisième pilier, il est crucial de savoir calculer sa part. Ceci va dépendre de plusieurs variables : le montant des cotisations, le taux d’intérêt, la fiscalité, et le choix entre la forme d’épargne 3a (avec avantages fiscaux) ou 3b (sans avantages fiscaux spécifiques).

En vous rendant sur ce site : http://www.ma-collection-de-pubs.com/bien-calculer-ses-droits-pour-le-troisieme-pilier/, vous trouverez les informations nécessaires pour optimiser votre épargne dans le cadre de la prévoyance suisse.

Sujet a lire : Tout savoir sur l’allocation de la rentrée scolaire en 2022

Pourquoi et comment souscrire à un troisième pilier ?

La souscription à un troisième pilier est motivée par le désir d’assurer une qualité de vie confortable à la retraite. C’est la possibilité de se constituer un capital supplémentaire, distinct des avoirs LPP et AVS, qui servira à maintenir votre standard de vie une fois que vous aurez cessé votre activité professionnelle. La question du montant de la pension que vous recevrez de l’État et de votre caisse de pension se pose alors, et c’est ici que le troisième pilier intervient en complément.

Souscrire à un troisième pilier est simple : il suffit de se rapprocher d’une caisse de pension ou d’une assurance vie proposant ce produit. Vous déterminerez ensuite le montant que vous souhaitez épargner chaque année, dans la limite du plafond fiscal autorisé pour le pilier 3a. Il est aussi possible d’opter pour un pilier 3b, moins contraignant mais aussi moins avantageux fiscalement.